• Accueil
  • L'abbaye
  • Le magasin monastique

Magasin monastique

vous y trouverez un choix de produits réalisés par les communautés monastiques de France et d’ailleurs. Depuis toujours, le travail fait partie intégrante de la vie monastique. Tout en étant le gagne-pain des moines et moniales, celui-ci aide également à leur équilibre humain et spirituel...

Au magasin de l'abbaye, vous trouverez en vente :
 
  • les productions de nos ateliers: fromage, confitures et pâtes de fruit, poterie...
  • des livres religieux, Bible, spiritualité... Mais aussi littérature régionale, livres pour enfants...
  • des cartes postales, calendriers, agenda,
  • des articles religieux (chapelets, icônes, croix, bougies,statuettes...),
  • des produits d’autres abbayes (confitures, flans, biscuiterie, chocolaterie, confiserie, vins et alcool, bières et sirops, produits de soins et de beauté, produits d’entretien...)

DSC05768

ImprimerE-mail

Le choix de la libraire

  • Mes prières en images, Bayard Jeunesse 2016

    Ce petit livre aux pages colorées et cartonnées propose une série de prières qui peuvent servir de référence en famille ou en groupe d'annonce de la foi.

    Certaines ressemblent à des prières bien connues - comme cette adaptation enfantine du Cantique des créatures et du psaume 148 -, mais d'autres permettent aussi d'entrer dans la prière, puis que l'enfant l'élargisse au cercle de ses proches (familles, amis, maître(sse)s...) mais aussi, progressivement, aux malades, aux inconnus... Une autre prière permet d'apprendre à faire part de ses peurs. Une autre à confier ses joies dans la prière, avec des mots tout simples.
    Il se pourrait bien d'ailleurs qu'avec une telle simplicité ce livre aide à prier les parents autant que les enfants!

    Résultat de recherche d'images pour "mes prières en images"

     

     

     

  • Chemin de croix trinitaire, avec Hans Urs von Balthasar et Adrienne von Speyr

    Antoine Birot, Editions Salvator, 2016, 94 p.

    Voici une méditation du chemin de croix comme il y en a peu : profondément trinitaire, elle met à chaque strate en dialogue le Fils, le Père et l'Esprit... La solitude, la souffrance et surtout le mystère de cet Amour inouï qui s'accomplit par la Croix sont présentés comme une oeuvre de la Trinité. Cette méditation nous introduit aussi dans ce dialogue avec nos faiblesses, nos désirs, notre espérance, cherchant à faire mûrir, comme Marie, notre propre "oui" et à marcher avec Jésus.

    Le P. Birot a conçu ce petit livre à partir de très nombreuses citations du théologien suisse Hans-Urs von Balthasar et de la mystique Adrienne von Speyr. Que ceux qui n'oseraient pas l'ouvrir car ils ne connaissent pas la spiritualité de ces auteurs ne craignent rien: l'ouvrage peut se lire sans et, si nécessaire, son compilateur a inséré un glossaire.

     

  • Anne Lécu, Tu as couvert ma honte, Cerf, 2016, 145 p.

    Afficher l'image d'origine

     

    Le point de départ de cette méditation est un petit détail qui taraude Anne Lécu, dominicaine (que vous connaissez peut-être pour ses méditations de Signes dans la ville) : la tunique de Jésus lors de sa crucifixion était sans couture.

    De sa perplexité, elle tire un voyage surprenant (accessible même à ceux qui ne seraient pas familiers avec ces récits), à travers la Genèse, les tuniques de peau d’Élie et Jean-Baptiste, ce qu’il faut (ou non) couvrir (la nudité de la fiancée du Cantique, de Job, du jeune homme lors de l’arrestation de Jésus, de Pierre plongeant pour le retrouver après la résurrection…), mais aussi les tuniques de grand prix de Joseph, de Tamar, que le Père prodigue fait apporter…

    Évidemment, il n’est pas question ici d’habit, ou si peu, mais de notre relation à Dieu, de ce qui nous fait honte et que nous voudrions cacher, de ce qui nous emprisonne et dont nous voudrions nous libérer. Il est fondamentalement question de miséricorde lorsqu’il s’agit de recouvrir la honte de l’autre, pour ne pas lui faire violence : comment peut s’exprimer le pardon ?

    L’appel à revêtir le Christ, reçu au baptême, se décline en appel à revêtir sa miséricorde, c’est-à-dire à en vivre dans notre vie quotidienne.

    En clôturant le jubilé, le pape François n’a-t-il pas souligné que l’on n’en avait pas fini avec la miséricorde ?