• Accueil
  • Vie monastique
  • Un peu d'histoire...
  • Du désert d'Égypte

Du désert d'Egypte à Saint-Benoît

ErmitageReconstitution d'un ermitage Dès la seconde moitié du 3° siècle, la soif de Dieu, le désir de suivre de plus près le Christ, poussa de nombreux hommes à quitter leur famille, leurs amis, leur pays, pour se retirer dans les déserts d'Egypte et de Palestine. PAUL et ANTOINE, considérés par la tradition comme les premiers moines, sont suivis par bien d'autres: MACAIRE, ARSENE, PAMBO... Ces "Pères du désert" vivent en solitaire, ou avec quelques disciples, dans de petits ermitages ; ils prient et travaillent et se retrouvent le dimanche pour l'Eucharistie et un repas pris en commun. Ils nous ont laissés des "apophtegmes", des sentences qui condensent leur expérience spirituelle.

 Vers 320 à Tabennese, au bord du Nil, PACÔME fonde le premier monastère. Les moines vivent en communauté, ils obéissent à un abbé et suivent une règle qui organise la vie quotidienne, le travail, la prière de la communauté.

 À partir de 357, en Cappadoce, Saint BASILE devenu évêque de Césarée  implante la vie monastique au cœur des villes. Dans sa ville épiscopale il fonde un grand monastère à la fois maison de vie commune, de prière et d'apostolat qui comprend une hôtellerie, une école, un hôpital...
 
 À la même époque, le monachisme commence à s'implanter en occident. Saint MARTIN, ancien soldat de l'Empire Romain mène la vie érémitique à Ligugé près de Poitiers et attire de nombreux disciples. Vers 415, Jean CASSIEN, après s'être initié à la vie monastique en Egypte, fonde à Marseille le monastère Saint Victor. Dès 450, les moines PATRICK et BRENDAN évangélisent les Îles Britaniques et la Bretagne et y implantent la vie monastique.
 
 Vers 490, nait à Nursie, dans le nord de l'Italie, un certain BENOÎT, dont la règle va devenir la référence fondamentale du monachisme occidental.

ImprimerE-mail