• Accueil
  • Nous découvrir
  • Albums photos
  • L'environnement en images

L'environnement et la communauté

 

Un monastère implanté dans la Double

Un monastère implanté dans la Double

Il est loin le temps où nos pères cisterciens asséchaient les marais de la Double. Si les terres sont moins humides et bien plus salubres, elles n'en demeurent pas moins peu propices à la culture tant le sol est riche en argile.

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Les pins et les chênes s'y plaisent. Une grande partie des hectares de terres de l'abbaye en est pleine (vous pouvez vous en rendre compte ici).

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Leur entretien et leur exploitation, dans le respect de l'environnement, est un pan méconnu de l'économie de la communauté. Le bois abattu sert à nos besoins (chauffage, BRF pour le verger...) et à la vente (comme bois de chauffage).

Des petites bêtes...

Des petites bêtes...

Les vaches et les cochons ont disparu. En 2017, les brebis s'en sont allées: nous ne pouvions plus en assumer la charge. Ces tondeuses à gazon naturelles ont trouvé des héritières: les 200 mères (et leurs petits à la belle saison) que la bergère Thérèse fait migrer en clôture ou au dehors (pour le plus grand plaisir des passants).

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Des poules (Sussex, Malines et... une non identifiée ainsi que sa descendance) ont installé leurs quartiers (mobiles) en clôture. Grâce à elles et aux chats, les restes alimentaires trouvent une destination !

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Des ruches couvrent nos besoins en miel, les années où les abeilles ne souffrent pas trop.

... et des plantes !

... et des plantes !

Le verger et le potager sont un autre pan du travail en extérieur. Nous ne sommes plus à l'époque où la communauté vivait en grande autonomie, mais ils apportent un complément apprécié aux menus. Figues, prunes, raisins, poires, fraises et framboises mûrissent ainsi en leur temps.

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Depuis 2012, nous introduisons les principes de la permaculture pour la gestion du site. Le potager, le verger, la vigne connaissent des transformations techniques et conceptuelles.

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Cela nous encourage à modifier nos pratiques à la confiserie, en réintroduisant nos fruits dans les fabrications ou en travaillant avec des partenaires locaux. Ici aussi tout peu à peu (re)devient "lié". L'observation de la nature offre une véritable école de la vie communautaire !

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Le potager associe légumes traditionnels (haricots, tomates, courgettes, concombres, salades, blettes...) et plus exotiques (pastèques, patates douces, haricots "kilomètre", chous chinois, piments, chayotte...).

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Au printemps 2021, après deux années de réflexion, le champ devant la fromagerie subit une profonde transformation: le voilà traversé de haies fruitières et de haies de biodiversité, le verger est étendu et le potager voit se profiler un profond agrandissement !

{Abbaye notre Dame de Bonne Espérance} {Fromage de La ETrappe, retraites spirituelles}

Que serait par ailleurs un monastère sans son jardin d'herbes aromatiques ? Tisanes et assaisonnement sont ainsi assurés.

Champignons

Champignons

Et la forêt nous fournit généreusement en mûres et cèpes... pourvu que les promeneuses du dimanche y consacrent quelques ballades automnales! Car, si nous vivons principalement au rythme de l'année liturgique, nous vivons aussi à celui des saisons.

Imprimer E-mail

S'orienter vers la permaculture

Timidement d'abord (quelques soeurs au potager), puis plus largement (pour les fleurs, les massifs...) la communauté s'est tournée vers la permaculture.

Si nous avons beaucoup appris par des lectures, il nous a semblé que de nous faire aider pour repenser de manière globale notre environnement et notre rapport à la Création serait utile. Désormais, nous travaillons avec Charles du Bois de Fargues et Hervé Coves (que vous pouvez découvrir ici ou ici).

Un projet en permaculture