Bienvenue à l'abbaye d'Echourgnac

Fondée en 1852 dans les Pyrénées Orientales, implantée à Echourgnac depuis 1923, notre communauté se compose aujourd’hui de 22 sœurs de 29 à 98 ans.

mere abbesse soeur benedicte soeur alix 2 soeur jeanbaptiste soeur jeannedarc soeur laurence soeur margueritemarie soeur marie helene soeur irene soeur marie madeleinesoeur marienoel soeur denis 2 soeur miryam soeur annechantal soeur marie odile soeur cecilemarie soeur soizick soeur annabel soeur nathalie soeurmarieesperance soeur elisemariette soeurmarie pauline Sr Marie

Les chemins qui ont conduit chacune au monastère sont très divers. Chemin progressif avec une éducation chrétienne solide, un engagement dans des équipes paroissiales ou le scoutisme ; chemin chaotique avec l’expérience de la perte de la foi, ou de la conversion ; chemin par étapes après une consécration dans une congrégation religieuse apostolique. Mais pour toutes, il y a l’événement fondateur de l’appel, ce moment décisif où nous avons fait l’expérience difficile à décrire et à expliquer, toute intérieure, qui nous faisait dire « c’est ça », « c’est là ».

Les circonstances ont pu être un camp, une lecture, la rencontre d’une communauté monastique, la parole d’un moine…autant de médiations à travers lesquelles le Seigneur est venu nous faire signe.

La construction de la communauté nous demande vraiment le don de nous-mêmes… jusqu’au pardon. Aventure passionnante, jamais achevée : les personnes changent, évoluent. D’une certaine manière, il y a toujours quelque chose de neuf à découvrir. Et puis, la quête de Dieu, sens ultime de notre vie, n’est jamais finie ; nous allons sans cesse de commencements en commencements.

photo communautaire 2020

  • Accueil
  • Nous découvrir
  • La communauté

Notre histoire...

A L'ORIGINE: DES FRÈRES CISTERCIENS

A L'ORIGINE: DES FRÈRES CISTERCIENS

En juillet 1868, quelques moines de l’abbaye N.D. de Port du Salut (Mayenne) s’installent sur le domaine de Biscaye à Echourgnac. Ils cuisent des briques fabriquées avec l’argile locale, et bâtissent eux-mêmes trois ailes du monastère Notre Dame de Bonne-Espérance.

L'abbaye au temps des Pères

L'abbaye au temps des Pères

Etablie dans une région marécageuse, la Double, la communauté a souffert du paludisme. Malgré cela, elle se développe rapidement, et en 1876, la Fondation est érigée en Abbaye.

Les Pères et le rapport à la Terre

Les Pères et le rapport à la Terre

Les frères accomplissent un énorme travail d’assainissement des environs : assèchement des marais et mise en valeur des terres.

Petit à petit des puits sont creusés, une étable pour 48 têtes puis un porcherie s'élèvent. Le domaine devient ferme-école pour les habitants.

La Fromagerie des Pères

La Fromagerie des Pères

De plus, pour permettre à la population de faire un élevage rentable, ils montent une fromagerie en pointe pour l'époque, dotée d'une chaudière et de cuves à vapeur.

 

Le départ des Pères

Le départ des Pères

Cependant, de nombreuses difficultés surgissent. En 1910, la communauté se disperse. Une société civile est alors constituée par le tribunal civil de Ribérac, la Société Agricole de la Double, dans le but de conserver le domaine pour pouvoir éventuellement le restituer à une communauté religieuse. 

C'est ainsi que le monastère d'Echourgnac a pu être réoccupé par une communauté  de moniales: la communauté d'Espira de l'Agly, au retour de son exil en Espagne, à Herrera.

Une communauté venue des Pyrénées Orientales

Une communauté venue des Pyrénées Orientales

Le 21 Novembre 1852, 8 moniales venant de Vaise (Lyon) arrivent à Espira de l’Agly (Pyrénées Orientales) et fondent le monastère de Notre Dame des Anges.

En 1883, les bâtiments sont construits. La communauté nombreuse vit de l’élevage de vers à soie, de broderie sur de grands métiers à tisser, et d’une vigne, ressource naturelle en Roussillon. Comme les soeurs accueillent des orphelines, elles ouvrent une école dont elles confient l’animation à une congrégation enseignante. C’est cette modeste structure qui servira de prétexte à la municipalité, très motivée par les lois anticléricales, pour déclarer le couvent d’Espira comme congrégation enseignante, et obtenir ainsi le décret d’expulsion en 1904.

et exilée en Espagne...

et exilée en Espagne...

Au terme d'un périple mémorable, la communauté se replie alors à Herrera (Espagne), dans une ancienne abbaye cistercienne. La vie y est dure, par faute notamment de moyens économiques. 

Une communauté voyageuse

Une communauté voyageuse

En 1923, les conditions sont réunies pour envisager le retour en France. Le monastère d’Espira ayant été vendu indépendamment des terres qui ont été morcelées, c’est à Notre Dame de Bonne Espérance que la communauté vient s’établir.

Des sœurs et des veaux

Des sœurs et des veaux

La communauté vit alors en grande autonomie. Potager, verger, poulailler, clapier, élevage de quelques porcs et de vaches laitières procurent le nécessaire.

La communauté installée

La communauté installée

Les soeurs produisent jusqu'aux osiers pour les corbeilles et au sorgho pour les balais. En travaillant durement, elles ont pu rénover les bâtiments et racheter la fromagerie.

Imprimer E-mail

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation sur ce site et pour nos statistiques de visite. Aucune information personnelle n'est stockée. En savoir plus sur les Cookies et comment les supprimer Cliquez ici.
Ce que dit la CNIL sur le RGPD